2 approches pour mieux comprendre la Rat Race

2 approches pour mieux comprendre la Rat Race

2 approches pour mieux comprendre la Rat Race

Je voulais prendre le temps de développer cette notion de Rat Race, qui est à l’origine de la création de mon blog, et de voir qu’on peut l’aborder de différentes manières. La première approche est une approche essentiellement financière de la Rat Race, et la seconde une approche sociétale, qui est une notion beaucoup plus vaste. Et comme j’oppose toujours la Rat Race à la liberté financière, l’approche de cette dernière peut également être perçue différemment.

 

L’approche financière de la Rat Race

Sur le sujet de sortir de la Rat Race, la plupart des informations que vous trouverez sur internet ou en librairie sont axées sur l’argent : échanger son temps contre de l’argent versus vivre de revenus passifs.

Cette conception de la Rat Race a été rendue populaire par un américain du nom de Robert KIYOSAKI (né à Hawaï en 1947) dont la fortune a été estimée à plus de 80 millions de dollars par le magazine Forbes. Son premier livre « Père Riche – Père Pauvre » est devenu un bestseller international. Tous ses livres, jeux de société, CD, vidéos, articles,… tournent autour d’une grande leçon : se générer des revenus sans être dépendant de personne (un patron, l’état, ou toute autre personne).

Il dénonce le fait d’échanger son temps contre un salaire pour payer ses factures, ses impôts et de s’endetter pour acheter des passifs (je vous invite à lire à ce sujet mon article intitulé Comment devenir riche en maîtrisant les notions d’actif et de passif).

J’ai fait l’acquisition de son jeu d’éducation financière du nom de CASHFLOW 101 (comme il n’existe qu’en version anglaise, je vous en livrerais prochainement une traduction) dans lequel le but est de se constituer des revenus passifs du niveau de son salaire pour pouvoir le quitter (c’est-à-dire quitter la Rat Race) et rejoindre le fast-track (traduisez voie rapide, c’est-à-dire devenir un investisseur accompli).

 

Les limites d’une approche essentiellement financière de la Rat Race

J’adhère totalement à cette vision de la Rat Race et je l’enseigne dans mes articles et vidéos. Je crois notamment beaucoup aux vertus de l’immobilier (voir la catégorie de mon blog à ce sujet) comme moyen de se constituer des revenus passifs ou à celle de l’entrepreneuriat (voir la catégorie de mon blog à ce sujet) dans la mesure où l’on arrive à se créer une entreprise qui soit au service de sa vie.

Un des hics dans l’histoire, c’est qu’en cherchant à s’enrichir on peut quitter une cage pour se réfugier dans une autre. C’est ce dont je discutais avec mon ami Nicolas (un enseignant qui a tout plaqué pour la liberté financière et qui donne sa vision très inspirante des choses dans ma toute première interview). Nous parlions de ses réussites, ses difficultés et d’un projet dont il m’avait parlé il y a quelque temps. Et il m’a dit « je ne veux pas trop lancer de choses en même temps, car je sais que pour réussir il faut du temps, et que si je consacre plus de temps à travailler qu’à vivre, j’aurais manqué mon objectif. Il me faut rester centré. »

Une autre cage, pourrait-être pour certains le fait de vouloir s’enrichir à tout prix, sans fin et sans but précis. L’argent n’a d’intérêt en soi, à mon sens, que s’il sert une chose essentielle : mener la vie qui vous fait vibrer (votre épanouissement personnel). Je vous invite à ce propos à lire mon article intitulé « 10 citations incontournables sur l’argent« .

Comme aime à le dire souvent mon épouse : « La Rat Race, c’est dans la tête que ça se passe. »

 

L’approche historique de la Rat Race

L’autre approche de la Rat Race tient plus à une critique de notre modèle économique moderne. On travaille pour de grosses sociétés, qui manquent cruellement d’humanité, et qui n’aspirent qu’à du surprofit. On crée sans cesse des lois, des obligations en tout genre, qui créent du travail pour la population mais dont on peut se poser la question du sens. On passe notre temps à courir après un temps dont on manque toujours cruellement. On est convaincu qu’il faut travailler dur, gagner plus, posséder plus,… pour être bien vu. On compense notre malaise intérieur par de la consommation à outrance, pour tenter de combler le puits sans fond de notre vide existentiel. On pille la nature, les pays en développement, on fait parfois travailler des enfants, … pour rendre possible cette croissance économique. Je ne vise pas à être complet sur le sujet, mais vous aurez compris l’idée. Je vous invite à ce propos à lire mon article intitulé « Le piège du travail dans nos sociétés modernes« .

On pourrait se contenter de rejeter ce modèle économique, comme l’ont fait les hippies dans les années 70 (moment où cette notion de Rat Race est apparue) mais je ne pense pas que passer d’un extrême à un autre soit la solution. Je pense qu’il faut vivre dans cette société, avec notre époque, tout en étant conscient de ce qui se joue et en essayant à notre propre niveau de changer les choses. Et j’entends par là devenir soi-même, vivre la vie à laquelle on aspire vraiment. Je vous invite à lire à ce sujet l’article intitulé « Autorisez-vous à rêver votre vie (hors de la Rat Race)« .

J’ai donc fait le choix d’avoir une approche beaucoup plus large de la Rat Race, au risque peut-être de toucher un public moins large (mes vidéos qui marchent le mieux sur YouTube sont celles où j’explique comment devenir riche).

 

Mon expérience de la Rat Race

J’ai eu la chance de connaître la Rat Race très jeune, dès l’âge de 20 ans, mais surtout d’avoir pris la décision d’en sortir rapidement. Je n’avais pourtant jamais entendu cette expression à l’époque, mais je peux vous garantir que j’ai très bien compris ce que c’était, même sans la nommer. Des décisions radicales m’ont amené à sortir de la Rat Race. Ma décision la plus libératrice sur le plan psychologique a été de tout quitter pour m’installer dans une île à 10 000 km avec pour seul bagage une valise, dans l’espoir de trouver plus de paix intérieure (et oui, ma première réaction a été la fuite).  Ma décision la plus libératrice sur le plan financier a été de créer mon entreprise, ce qui m’a permis d’atteindre des revenus que je n’aurais jamais pu atteindre en étant salarié et de pouvoir enfin, après quelques années, mener une vie qui me correspond mieux, moins centrée sur le travail, mais sur la réalisation de projets (personnels et professionnels) qui me motivent réellement. N’hésitez pas à lire la page A PROPOS de ce blog pour en savoir plus.

 

Si le thème de la liberté financière vous intéresse, retrouvons-nous sur les réseaux sociaux : YouTube, Pinterest, Facebook, TwitterGoogle+ !

 

Et vous ? Comment perceviez-vous la Rat Race avant de lire cet article ? Cet article vous a-t-il été utile ? Laissez-moi un commentaire juste en dessous et avançons ensemble vers votre liberté financière !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


 

ENVIE D’EMPRUNTER LE CHEMIN

VERS LA LIBERTÉ FINANCIÈRE

DES AUJOURD'HUI ?

*Vous pouvez vous désinscrire facilement, mais je suis sûr que vous allez adorer !

Available on Wordpress