La Rat Race et la course après le temps

La Rat Race et la course après le temps

Liberté financière et la Rat Race : la course après le temps

Un des éléments caractéristique de la Rat Race est de nous pousser à courir après le temps. Un temps qui manque toujours, des journées qui sont toujours trop courtes,… Jusqu’à présent, je n’ai que trop peu abordé ce sujet du temps et je me suis dit que c’était dommage lorsque je suis tombé sur un livre plein d’une sagesse déconcertante que j’ai lu il y a plus de dix ans, alors que j’avais décidé que je ne voulais plus courir comme un rat.

L’insatisfaction du temps qui passe

Ce livre s’appelle Le Papalagui. Il relate les propos d’un chef de tribu des îles Samoa après avoir visité l’Europe dans les années 1910. Il donne un regard critique sur la société occidentale de l’époque, mais ce livre reste criant d’actualité un siècle plus tard. L’auteur y décrit avec les mots d’un samoan notre société. J’ai choisi de partager avec vous quelques passages consacrés à notre relation au temps, issu du chapitre « Le Papalagui n’a pas le temps » !

« Le Papalagui […] aime avant tout ce qui ne se laisse pas saisir et qui pourtant est là : le temps. Il fait beaucoup d’histoires à cause du temps et dit une quantité de bêtises à son sujet. Bien qu’il  n’y ait jamais plus à notre disposition que ce qui vient à nous du lever au coucher du soleil, cela ne lui suffit pas. Le Papalagui est toujours insatisfait et il accuse le Grand-Esprit de ne pas lui avoir fait don de plus de temps.

[…]le Papalagui se plaint: ”Oh ! Là ! Là ! Encore une heure de passée!” Et il fait le plus souvent une triste figure, comme un homme portant un lourd chagrin, alors qu’aussitôt une heure toute fraîche s’approche. Je n’ai jamais compris cela, si ce n’est en supposant qu’il s’agit d’une grave maladie. Le Papalagui se plaint de cette façon: ”Le temps me manque ! … Le temps galope comme un cheval ! … Laissez-moi encore un peu de temps ! …” ».

Si ce sujet vous intéresse, je vous invite à lire mon article intitulé La Rat Race et la chasse au sommeil.

La Rat Race et la maladie du temps introuvable

 « Comme je le disais, cela doit être une sorte de maladie. Supposons que le blanc ait envie de faire quelque chose que son cœur désire ; il voudrait peut-être aller au soleil ou faire de la pirogue sur le fleuve ou aimer sa femme, eh bien, presque toujours il laisse son envie se gâter en s’arrêtant à cette pensée : je n’ai pas le temps d’être heureux. Le temps voulu a beau être là, il ne le voit même pas avec la meilleure volonté du monde, et il invoque mille choses qui lui prennent son temps. Grincheux et râleur, il reste cloué à son travail pour lequel il n’éprouve ni joie ni plaisir, et auquel personne d’autre ne le contraint que lui-même. Mais s’il voit soudain qu’il a le temps, qu’il est bien là, ou si un autre le lui donne […], alors le désir lui manque à nouveau, ou il est fatigué de son travail sans joie. Et régulièrement il remet à demain ce qu’il a le temps de faire aujourd’hui.

Il y a des Papalagui qui affirment qu’ils n’ont jamais le temps. Ils courent dans tous les sens, comme sans tête et possédés de l’Aîtou (mauvais esprit), et là où ils vont, ils provoquent malheurs et frayeurs parce qu’ils ont perdu leur temps. Cette folie est un état épouvantable, une maladie qu’aucun homme-médecine ne peut guérir, elle atteint beaucoup d’hommes et les pousse à la misère. »

Ce qui est certain c’est que cette course après le temps est aujourd’hui la cause de nombreux troubles psychosomatiques comme le  stress, le mal de dos,…

A quoi dédions-nous notre temps ?

« En Europe, il n’y a que peu de gens qui ont véritablement le temps. Peut-être pas du tout. C’est pourquoi ils courent presque tous, traversant la vie comme une flèche. Presque tous regardent le sol en marchant et balancent haut les bras pour avancer le plus vite possible. Quand on les arrête, ils s’écrient de mauvaise humeur: ”Pourquoi faut-il que tu me déranges? Je n’ai pas le temps, et toi, regarde comme tu perds le tien!” Ils se comportent comme si celui qui va vite était plus digne et plus brave que celui qui va lentement. 

[..] Le Papalagui oriente toue son énergie et toutes ses pensées vers cette question: comment rendre le temps le plus dense possible? Il utilise l’eau, le feu, l’orage et les éclairs du ciel pour retenir le temps. Il met des roues de fer sous ses pieds et donne des ailes à ses paroles, pour avoir plus de temps. Et dans quel but tous ces grands efforts? 

Que fait le Papalagui avec son temps? Je n’ai jamais découvert la vérité, bien qu’il parle sans cesse et gesticule comme si le Grand-Esprit l’avait invité à un fono (soirée). Je crois que le temps lui échappe comme un serpent dans une main mouillée, justement parce qu’il le retient trop. Il ne le laisse pas venir à lui. Il le poursuit toujours, les mains tendues, sans lui accorder jamais la détente nécessaire pour s’étendre au soleil. Le temps doit toujours être très près, en train de parler ou de lui chanter un air. Mais le temps est calme et paisible, il aime le repos et il aime s’étendre de tout son long sur la natte. Le Papalagui n’a pas reconnu le temps, il ne le comprend pas et c’est pour cela qu’il le maltraite avec ses coutumes de barbare. »

La vraie question à se poser, c’est finalement quel usage faisons-nous de ce temps ? Arrivons-nous à y caser ce qui est important pour nous ? Je vous invite à ce propos à lire mon article intitulé Mieux gérer son temps : une expérience extraordinaire.

Et vous ? Que vous inspirent ces quelques extraits du livre Le Papalagui au sujet du temps que l’on veut maîtriser ? Au passage, c’est un excellent livre qui devrait vous éveiller pas mal de prises de conscience et que je vous recommande fortement. N’hésitez pas à écrire vos réactions ci-dessous et avançons ensemble vers votre liberté financière dont votre temps n’est pas un élément à négliger !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


 

ENVIE D’EMPRUNTER LE CHEMIN

VERS LA LIBERTÉ FINANCIÈRE

DES AUJOURD'HUI ?

*Vous pouvez vous désinscrire facilement, mais je suis sûr que vous allez adorer !

En remplissant ce formulaire, vous acceptez notre Politique de Confidentialité.

Available on Wordpress