Du salariat à l’entrepreneuriat

Du salariat à l’entrepreneuriat

Je n’ai pas été très actif sur le blog pendant quelques temps. Je ne me suis en effet consacré à d’autres projets. Mais je suis de retour avec un nouvel article qui est en fait un extrait du livre L’entreprise du 21ème siècle de Robert Kiyosaki au sujet du modèle du travail dans nos économies. Cet extrait va peut-être bousculer vos croyances. Le salariat nous paraît la norme mais il n’en a pas toujours été ainsi. Et je suis convaincu qu’au fil des prochaines décennies l’entrepreneuriat va se développer fortement. Les derniers chiffres parus montrent d’ailleurs que la création d’entreprises en France est en augmentation.

 

 

 

La mythologie de l’emploi

 

« La majorité d’entre nous est tellement obnubilée par sa situation financière que nous croyons qu’avoir un emploi est normal. Mais loin d’être historiquement normal, le concept de statut d’employé et en fait un phénomène plutôt récent.

 

Pendant l’ère agraire, la majorité des gens étaient des Entrepreneurs. Oui, ils étaient des fermiers qui travaillait sur les terres du roi, mais sans en être les employés. Ils ne touchaient pas un chèque de paye signé par le roi. En fait, c’était le contraire. Les fermiers payaient une taxe au roi en contrepartie du droit de cultiver cette terre. Ces fermiers gagnaient en fait leur vie en dirigeant une petite entreprise. Ils étaient boucher, boulanger et fabricant de chandelier. Il se transmettaient leur savoir de père en fils et c’est ce qui a donné lieu à de nombreux noms de famille courants : Smith pour le forgeron du village, Baker pour le propriétaire de la boulangerie, Farmer pour le fermier, Taylor pour le tailleur, et Cooper un ancien terme désignant un fabricant de tonneaux.

 

Ce n’est pas avant l’ère industrielle qu’une nouvelle demande est apparue: celle d’employés. Et pour y répondre, le Gouvernement s’est chargé de l’éducation des masses, adoptant le système prussien, un système dont s’inspirent encore aujourd’hui la plupart des administrations scolaires occidentales.

 

Vous êtes-vous déjà demandé d’où venait cette idée de prendre sa retraite à 65 ans ? Je vais vous le dire. C’est Otto von Bismarck, le président de la Prusse, qui l’a eue en 1889. En fait, le plan Bismarck prévoyait la retraite à l’âge de 70 ans, et non pas à 65, mais cela a peu d’importance. En promettant une rente garantie à ses citoyens de plus de 65 ans, le Gouvernement de Bismarck ne prenait pas un grand risque économique: à cette époque, l’espérance de vie du prussien moyen était d’environ 45 ans. Aujourd’hui, tant de gens vivent plus de 80 ans 90 ans que la même promesse pourrait bien entraîner la faillite du gouvernement fédéral au cours de la prochaine génération.

 

Si l’on considère la philosophie qui était à la base de l’éducation prussienne, on découvre que son objectif était de produire des soldats et des ouvriers, des gens qui obéirait à des ordres et qui feraient ce qu’on leur dirai de faire. Le système Prussiens étaient destinés à former des employés pour une production de masse.

 

Dans l’Amérique des années 1960 et 1970, des Entreprises comme IBM ont fait de l’emploi à vie l’étalon-or de la sécurité d’emploi. Et l’emploi chez IBM a culminé en 1985. Le concept de la carrière en entreprise solide et fiable est depuis lors en déclin.

 

« Ainsi va General Motors, ainsi va la nation » et nous voilà, un demi-siècle plus tard, alors que les choses ne vont pas tellement bien chez General Motors. Cela signifie-t-il que l’Amérique est condamnée ? Non, voici ce qui est condamnée: Le mythe de la sécurité d’emploi en entreprise et le plan de 40 ans. »

 

 

 

La fièvre entrepreneuriale

 

« Je ne dis pas que le statut d’employé est une mauvaise chose. Je dis seulement que c’est un moyen de générer un revenu et que ce moyen est extrêmement limité. Et actuellement, les gens commencent à le comprendre. Ces gens, et vous aussi, réalisent que la seule façon d’obtenir ce qu’ils veulent vraiment dans la vie est d’emboîter le pas aux entrepreneurs.

 

Et soit dit en passant, je ne suis pas le seul à le penser. Peut-être n’avez-vous pas entendu parler de Muhammad Yunus, l’auteur de Vers un monde sans pauvreté, mais le comité du prix Nobel, à Oslo, le connais. Il lui a octroyé le prix Nobel de la paix en 2006 pour son concept de microcrédit à l’intention des entrepreneurs du tiers-monde.  » tous les gens sont des Entrepreneurs, dit Yunus, mais nombreux sont ceux qui n’ont pas l’occasion de s’en rendre compte. »

 

Il a fait cette affirmation avant que l’économie ne commence à sombrer en 2007 et 2008, et dans la foulée de ces mauvaises nouvelles, de plus en plus de gens cherchent activement une occasion de faire exactement ce dont parle Monsieur Yunus.

 

La fièvre entrepreneuriale est passée à la vitesse grand V, car lorsque l’économie ralentit, l’activité entrepreneuriale augmente. En fait, les entrepreneurs s’épanouissent en période de récession. Lorsque plein d’incertitudes, nous cherchons d’autres moyens de générer des revenus. Parce qu’on sait qu’on ne peut plus compter sur les employeurs, on se tourne vers soi-même. Nous commençons à penser qu’il est peut-être temps de sortir de notre zone de confort et de faire preuve de créativité afin de joindre les deux bouts.

 

Un sondage réalisé par la Réserve fédérale américaine révèle que l’avoir net du ménage moyen chez les entrepreneurs est 5 fois supérieur à celui de l’employé traditionnel. Cela signifie que les entrepreneurs ont 5 fois plus de chance de sortir indemne et même plus fort du ralentissement économique, car ils ont créé leur propre économie dynamique. »

 

 

Robert Kiyosaki est une référence américaine dans le domaine de la liberté financière. Il est notamment connu pour son best-seller Père Riche, Père Pauvre. L’entreprise du 21ème siècle est quant à lui un ouvrage qui parle du marketing relationnel. Comme tous les livres de Kiyosaki, il est très intéressant et je vous le recommande vivement.

 

Si vous hésitez à vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale, sachez que je propose du coaching pour vous aider à vous lancer. N’hésitez pas à me contacter à ce sujet.

 

 

N’hésitez pas à me parler de vos projets d’entrepreneuriat, de votre éventuelle expérience du stade de salarié à celui d’entrepreneur,… ou laisser tout autre commentaire dans la rubrique ci-dessous… et avançons ensemble vers votre liberté financière !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


 

ENVIE D’EMPRUNTER LE CHEMIN

VERS LA LIBERTÉ FINANCIÈRE

DES AUJOURD'HUI ?

*Vous pouvez vous désinscrire facilement, mais je suis sûr que vous allez adorer !

En remplissant ce formulaire, vous acceptez notre Politique de Confidentialité.

Available on Wordpress