Internet lui a permis de mener la vie de ses rêves – Interview d’Anton, Psychologue sur Skype

Internet lui a permis de mener la vie de ses rêves – Interview d’Anton, Psychologue sur Skype

Liberté financière : psychologue par Skype et voyageur non-stop - interview inspirante

Anton Nesvitsky découvre les joies de la liberté financière en Egypte

Anton Nesvitsky – un psychologue russe en pratique privée depuis plus de 15 ans. Il est entré dans l’encyclopédie des personnalités russes à succès intitulé « Who is who in Russia ». En 2012, il décide de changer de vie et dans la même année entreprend des voyages au Moyen-Orient et en Asie, en remplaçant ses consultations au cabinet par des consultations Skype. En outre, Anton gère plusieurs projets sur Internet dans le domaine de la psychologie et enseigne la plongée.

 

Anton, qu’est-ce que la « liberté financière » pour vous ?

La liberté financière c’est lorsque vous cessez de vivre uniquement pour des raisons de survie et que vous pouvez vous permettre d’investir dans votre développement personnel. C’est quand vous avez un niveau de revenu suffisant pour ne plus avoir besoin de penser chaque jour à votre pain quotidien, et que vous pouvez alors consacrer plus de temps à la créativité, l’étude du monde ; choses qui sont très difficiles à faire dans une vie de survie. En même temps, la liberté financière pour moi – ce n’est pas seulement le niveau de revenu, mais également sa combinaison avec la liberté relative de se déplacer et la disposition complète de son temps. Vous pouvez avoir beaucoup d’argent, mais ne pas avoir de temps pour vous-même du tout, pas même le week-end. Pour moi ce n’est sûrement pas la définition de la liberté.

 

Est-ce que vous aviez des doutes au moment où vous vous êtes décidé à passer des consultations traditionnelles aux consultations par Skype et quitter votre pays ? Si oui, qu’est-ce qui vous a maintenu sur le chemin de la réalisation de vos objectifs ?

Ah les doutes – oui, il y en avait, bien sûr. Mais je savais bien que le mode de vie que je menais n’était plus à ma mesure, déjà trop juste, trop étroit pour moi sous tous ses coutures. Et que si je continuais de le suivre, je ne pourrais pas évoluer pleinement. J’aurais plutôt continué à « fonctionner efficacement », ce qui, un jour, m’aurait vidé de mon énergie. C’est naturel pour une personne de se diriger vers sa propre source d’énergie, qui la soutient beaucoup dans sa vie. Donc je me suis rendu compte que je n’avais plus envie de suivre mon ancien mode de vie, mais c’était aussi une question de santé, et après 40 ans, ça devient de plus en plus important.

 

Il y a ce que j’appelle les gens « négativement bienveillants », c’est une expression que j’ai inventée pour désigner ces proches, amis, collègues etc., qui nous découragent d’entreprendre les changements/démarches risquées. Avez-vous subi l’influence de telles personnes ? Si oui – comment gériez-vous leurs tentatives de vous dissuader ?

Oui, bien sûr, il y en avait. Mais je n’ai pas essayé de discuter de mes projets avec quelqu’un, j’ai coupé tous ces efforts de me dissuader, en exprimant très fermement que c’est MA vie, et que même si je vais faire des erreurs – ce sont MES erreurs, qu’il vaut mieux faire que regretter toute ma vie de ne pas avoir essayé, en me tourmentant par l’incertitude et l’insatisfaction. C’est MON choix, libre et conscient.  Cela coupait normalement tout le désir de mes « négativement bienveillants » de persister à me dissuader. En plus, à l’intérieur je savais bien que leur pessimisme est une projection de leurs propres désirs non satisfaits, leur désespoir, leur manque de foi en eux-mêmes et en ce qui se passe autour. Et que tous ces indices ont peu à avoir avec moi, ils sont plutôt l’expression extérieure de ces peurs. Donc à l’intérieur j’avais plutôt de la compassion pour eux.

 

En plus des consultations psychologiques par Skype, vous gérez également plusieurs projets en ligne. Mais qu’est-ce qui vous apporte le plus de revenus : vos consultations ou vos projets Internet ?

Jusqu’à présent, mes consultations m’apportent plus de revenus car j’ai plus de 15 ans d’expérience. En ce moment mes projets sur Internet sont au stade de développement progressif. Malgré le fait qu’ils m’apportent un petit revenu, jusqu’à présent je n’ai pas encore trouvé la forme optimale pour eux, je développe ce domaine par essais et erreurs.  Je souhaite que, dans un avenir prochain, je trouverais ce qui sera plus efficace en termes de temps et de revenu.

 

Vous êtes un plongeur professionnel et vous êtes récemment formé à l’instruction de la plongée. Qu’est-ce qui vous a poussé à avoir une autre profession qui est différente de votre activité principale ?

Au départ, je voulais juste apprendre à plonger et l’idée de devenir un instructeur m’est venue quand j’ai décidé de vivre à l’étranger et de m’installer finalement dans quelque endroit. D’autre part, j’ai considéré ça comme une possibilité de revenu supplémentaire, au cas où. Mais dans l’idéal (et c’est certainement la rAnton combine ces passions, la liberté financièreaison principale), je voudrais combiner la psychologie et la plongée, parce que ces deux activités ne sont pas si loin l’une de l’autre comme il pourrait paraître. J’ai appris que les gens, en apprenant la plongée, font souvent intuitivement les mêmes découvertes que dans le bureau d’un psychologue. En fait, ce que nous faisons souvent avec les patients pendant des semaines et voire des mois dans un cabinet privé, peut être faite en quelques heures dans le processus d’apprentissage de la plongée. Il y a beaucoup de questions similaires – le contact avec le corps et la confiance en votre corps, les peurs, les questions de confiance au partenaire, au monde, les éléments naturels, les questions du contrôle, de l’anxiété, de l’incapacité de se détendre, etc. J’ai eu l’occasion de mettre quelques-unes de mes idées en pratique, et je voyais vraiment comment cela fonctionne. Mais tout cela est un sujet d’avenir, l’idée est en cours d’élaboration.

 

Depuis que vous avez quitté la Russie, vous avez réussi à vivre dans plusieurs pays à travers le monde et en novembre 2016 vous avez décidé de vous installer au Mexique. Qu’est-ce qui vous a motivé à choisir ce pays pour vivre ?

Tout d’abord le climat. J’étais trop fatigué de l’hiver froid de la Russie. En plus, je suis très attiré par la mentalité des gens du Sud (elle a certaines similitudes, même dans les différentes parties du monde) – ils sont moins stressés, en principe. Le développement des sports nautiques ainsi que la proximité de la mer sont également des facteurs très importants à mes yeux. Maintenant, quand j’ai un désir fort de m’installer définitivement à l’étranger, bien sûr, d’autres facteurs comme les possibilités offertes par la législation (obtention d’un permis de séjour), la langue (pas trop difficile à étudier), le niveau (convenable) de développement du pays, des prestations de service proposées, … prennent leur importance. Mais le climat est, en fait, le facteur principal. Le Mexique en général répond à tous ces critères. Et puis on verra.

 

Qu’est-ce que vous pouvez conseiller à nos lecteurs qui sont désireux de changer radicalement leur vie, mais n’osent pas le faire pour une raison ou une autre ?

Je peux seulement leur conseiller d’être très attentifs à leurs désirs. Si le désir vient de l’intérieur, il est vraiment à VOUS et n’est pas imposé par quelqu’un, ni vient de l’ambition de prouver quelque chose à quelqu’un ; un tel désir contient toujours beaucoup d’énergie et de potentiel. Peu importe quelles erreurs vous allez faire ou à quelles épreuves ou difficultés vous allez faire face – cette énergie est en mesure de vous aider à traverser toutes les difficultés avec le meilleur résultat à la fin. Dès que vous commencez à sentir que vous avez vraiment un fort besoin de faire quelque chose de nouveau, de changer votre vie – vous aurez des occasions de le faire. Mais si vous partez de seulement des possibilités et des circonstances actuelles – vous allez éteindre l’énergie de vos désirs en perdant des opportunités et de la chance, et en confrontant de plus en plus l’apathie et le désespoir. Alors écoutez vos désirs profonds. Et ensuite, lorsque vous serez remplis par leur énergie, pensez, planifiez et cherchez des opportunités. Et les opportunités vont certainement émerger !

La joie de la liberté financière

Et vous, que vous inspire cette interview ? Que pensez-vous des choix d’Anton pour vivre pleinement la liberté financière ? Laissez-moi vos commentaires juste en dessous.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


 

ENVIE D’EMPRUNTER LE CHEMIN

VERS LA LIBERTÉ FINANCIÈRE

DES AUJOURD'HUI ?

*Vous pouvez vous désinscrire facilement, mais je suis sûr que vous allez adorer !

Available on Wordpress